Organisation et réglementation

La loi de juin 1984 régit l'organisation actuelle de la pêche. Dans chaque département, une fédération rassemble toutes les associations amateurs (AAPPMA et association de pêcheurs amateurs aux engins). Son bureau est élu.

L'Etat met à disposition de chaque fédération départementale des gardes-pêche employés par l'AFB (Agence Française pour la Biodiversité). Ils assurent deux types de missions :

  • des missions de police, avec la police de la pêche (répression du braconnage, contrôle des cartes de pêche) et la police de l'eau (constatation de pollution, prélèvements d'échantillons),
  • des missions techniques pour la restauration des milieux aquatiques, et la mise en oeuvre de réseaux de surveillance écologique.

Les agents techniques et techniciens spécialisés de l’AFB interviennent entre autre dans les échantillonnages piscicoles, l'étude des passes à poissons et l'évaluation des dommages piscicoles. Consulter le site thématique sur l'eau et les milieux aquatiques de l'AFB

Dans chaque département un schéma départemental de vocation piscicole et un plan départemental pour la protection du milieu aquatique et la gestion des ressources piscicoles ont été établis dans le cadre d'un travail de collaboration entre les pêcheurs et l'Etat [DDT, DREAL ]. Ces documents fixent des objectifs de restauration et des actions qui permettent de les atteindre.

Chaque année, le Préfet prend un arrêté portant sur la réglementation de la pêche (dates d'ouverture, tailles et nombre de prises admises). Les catégories piscicoles (1ère : salmonidés, 2ème : poissons blancs) sont également fixées par arrêtés préfectoraux.