Février 2020 : Précipitations sur les reliefs du nord du bassin et recharge insuffisante en particulier des nappes fluvio-glaciaires du couloir rhodanien

Figure actu BSH mars 2020

La faiblesse des précipitations sur le sud du bassin est à l’origine de la dégradation des débits des cours d’eau en particulier en PACA et sur le versant méditerranéen de l’Occitanie : respectivement 56 % et 64 % de ceux-ci présentent des débits faibles à très faibles. A l’inverse, la situation des cours d’eau s’améliore en Bourgogne-Franche-Comté et à l’est d’Auvergne-Rhône-alpes. Le débit des cours d’eau augmente sur ces régions. L’équivalent en eau du manteau neigeux suit la médiane.

Les débits du Rhône sont supérieurs à la moyenne sur toutes les stations d’amont en aval de l’axe fluvial  en partie en lien avec les modalités de gestion hydroélectrique des retenues par les services industriels de Genève.
Les débits de la Saône aval sont légèrement inférieurs à la moyenne.

En février, la majorité des nappes sont en période de recharge avec des niveaux en hausse à l’exception de la région PACA où les niveaux baissent. Cependant leur évolution générale interannuelle est très hétérogène à l’échelle du bassin voir au sein des régions PACA et Bourgogne-Franche-Comté (BFC).
La situation des nappes est globalement bonne avec des niveaux hauts, modérément hauts et autour de la moyenne en Occitanie et en PACA. Elle demeure préoccupante sur les aquifères fluvio-glacières du couloir rhodanien et du val de Saône où les niveaux sont modérément bas à très bas.

Concernant les retenues du bassin sont à signaler en Côte d’Or, la fin de vidange du barrage de Chazilly  dorénavant réalisée pour permettre les travaux de confortement qui dureront jusqu’à l’automne.

En PACA, au vu des prévisions d'apports et du niveau actuel des principales retenues de cette région, aucune difficulté n'est à signaler à ce jour sur la capacité de constitution des réserves agricoles, ni sur les perspectives de remplissage des principales retenues de cette région.

Au 10 mars 2020, deux départements conservent des mesures de limitation des usages de l’eau sur les eaux souterraines : l’Ain est placé en alerte renforcée (Dombes-Certines) et la Drôme en alerte (Valloire, Gallaure, Drôme des Collines et Plaine de Valence).

Consultez le bulletin hydrologique au 1er mars 2020

Les dernières actu

Septembre 2020 : La sécheresse perdure en septembre et finit en fin de mois par des épisodes pluvio-orageux en bordure méditerranéenne à l’origine de crues violentes

Figure actu BSH octobre 2020
16/10/2020
Les deux premières décades de septembre se caractérisent par la poursuite des conditions de températures estivales voire caniculaires. En fin de mois, les précipitations reviennent localement sur le bassin et les températures se rafraîchissent.

Août 2020 : Les températures très élevées et les précipitations insuffisantes accentuent la dégradation de la situation hydrologique du bassin

Figure actu BSH septembre 2020
11/09/2020
Le mois d’août se caractérise par des épisodes de fortes températures et par des épisodes pluvieux faibles, excepté sur les reliefs des Alpes et le secteur du Vallespir dans les Pyrénées-Orientales.

Juillet 2020 : la sécheresse s’installe sur le bassin : le manque de précipitations et les fortes chaleurs affaiblissent la ressource en eau

Figure actu BSH Août 2020
17/08/2020
En juillet, la plupart des régions présentent un débit modérément bas à très bas à cause de l’absence de précipitations (hormis quelques rivières ayant bénéficié d’orages localisés) et aux fortes températures du mois. La région ARA est celle dont la proportion de cours d’eau à débit faible à très faible est la plus importante, celle-ci augmentant de 23 % par rapport au mois dernier pour atteindre 80 %.