40 plans de gestion de la ressource en eau (PGRE) adoptés en ligne

La gestion équilibrée de la ressource en eau est une des conditions de l’atteinte du bon état des eaux. Les travaux engagés au cours des SDAGE 2010/2015 et 2016/2021 ont confirmé une situation d’inadéquation durable ou précaire entre la disponibilité de la ressource et les prélèvements sur environ 40 % de la surface du bassin Rhône-Méditerranée.


Un diagnostic préalable des ressources disponibles et des besoins actuels et futurs a été établi à partir de 70 études d’évaluation des volumes prélevables globaux (EVPG) intégrant la bonne fonctionnalité des milieux aquatiques. Il constitue une étape nécessaire, sur chaque sous-bassin et masse d’eau souterraine, essentiel à l’élaboration d’un PGRE. Les études EVPG évaluent les volumes prélevables globaux qui permettent d’atteindre les objectifs de bon état des eaux et de satisfaire l’ensemble des usages en moyenne huit années sur dix. Ces derniers sont traduits, aux stations de suivi, par des objectifs de débits et de niveaux piézométriques à atteindre.


Les plans de gestion quantitative de la ressource en eau (PGRE) sont élaborés suivant les principes de la note du secrétariat technique du SDAGE (actualisée en juillet 2019) par les structures en charge de la gestion de l’eau, adoptés par les instances locales (commission locale de l’eau, comité de milieu ou comité ad hoc….) et approuvés par le préfet ou les préfets concernés.


Les PGRE précisent les modalités de partage des volumes prélevables entre les usages et les actions à mettre en œuvre (économies d’eau, optimisation des ouvrages existants, mobilisation de ressources de substitution...) pour atteindre, dans la durée, les objectifs quantitatifs sur les ressources en eau fixés dans le SDAGE.


Pour chacun des territoires, les plans d’actions adoptés par les structures de gestion ainsi que le document d’approbation du ou des préfets concernés sont téléchargeables sur le site de bassin.


78 PGRE sont attendus d’ici 2021 sur le bassin Rhône-Méditerranée. Début 2020, 64 % des PGRE sont adoptés (environ une cinquantaine) et près de 30 % en concertation.
Les suivis de l’avancement des actions et de l’état de la ressource sont indispensables à la mise en œuvre des PGRE. Ils doivent poursuivre par étapes une démarche de gestion adaptative et faire l’objet d’une évaluation au bout de 6 ans maximum.


Les PGRE mettent en œuvre la démarche « projets de territoire pour la gestion de l’eau (PTGE) » définie par l’instruction gouvernementale du 7 mai 2019 qui a conforté ce dispositif en élargissant ses principes à l’ensemble du territoire national.

En savoir plus

Les dernières actu

Février 2020 : Précipitations sur les reliefs du nord du bassin et recharge insuffisante en particulier des nappes fluvio-glaciaires du couloir rhodanien

Figure actu BSH mars 2020
17/03/2020
La faiblesse des précipitations sur le sud du bassin est à l’origine de la dégradation des débits des cours d’eau en particulier en PACA et sur le versant méditerranéen de l’Occitanie : respectivement 56 % et 64 % de ceux-ci présentent des débits faibles à très faibles. A l’inverse, la situation des cours d’eau s’améliore en Bourgogne-Franche-Comté et à l’est d’Auvergne-Rhône-alpes. Le débit des cours d’eau augmente sur ces régions.

Janvier 2020 : moins de précipitations sur le bassin : des nappes à la baisse et des cours d'eau à débit faible

Figure actu BSH février 2020
18/02/2020
Le déficit de précipitations du mois de janvier n’a pas permis une poursuite de l’amélioration de la situation des cours d’eau du bassin : la proportion des cours d’eau à faible débit des régions Auvergne Rhône-Alpes (ARA) et Bourgogne-Franche-Comté (BFC) augmentent drastiquement. Ainsi, 94 % des cours d’eau de la région BFC et 80 % de ceux de la région ARA sont faibles.

Décembre 2019 : la situation du bassin s'améliore

Figure actu BSH janvier 2020
17/01/2020
Les précipitations du mois de décembre ont permis la poursuite de l’amélioration de la situation des cours d’eau sur toutes les régions, un léger recul de celle de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) est cependant observée : la proportion des cours d’eau à fort et très fort débit est de 83 % en région Auvergne Rhône-Alpes (ARA) (augmentation de 35 % par rapport à novembre), de 79 % en région Bourgogne-Franche-Comté (BFC) (hausse de 35