Janvier 2016 : recharge hivernale insuffisante et stock neigeux faible

(mis en ligne le 16 février 2016)

En janvier, la douceur se prolonge. Les températures restent élevées pour la saison (écart de +1,5°C à localement +3,5°C). Les précipitations sont abondantes au nord du bassin mais restent très faibles au sud (seulement 10 à 30 mm). La neige tombe principalement sur les reliefs nord alpins. Ainsi, la pluviométrie moyenne mensuelle du bassin est excédentaire (jusqu'à 300% des normales) sur les régions Bourgogne/Franche-Comté, les Alpes du nord et une partie des Alpes du sud. A l'inverse, elle est très largement déficitaire (moins de 50% des normales) sur la Drôme, l'Ardèche et les régions sud du bassin. Le niveau d'enneigement, après avoir été en dessous des minima fin décembre-début janvier, reste très inférieur à la moyenne sur tous les reliefs en particulier pour les Alpes du sud.

Depuis le 1er septembre 2015, les cumuls de précipitations sont majoritairement déficitaires mais le déficit se comble au nord du bassin et sur les reliefs alpins. Les pluies efficaces (pluies brutes moins évapotranspiration) restent majoritairement positives (de 100 à 750 mm) sauf sur le pourtour méditerranéen de Marseille à Perpignan.

Au 1er février 2016 :

  • à l'image de la pluviométrie, les débits des cours d'eau au nord du bassin retrouvent des niveaux proches ou supérieurs à la moyenne. Par contre, les débits sont encore faibles, voire très faibles, pour les cours d'eau au sud du bassin. Leurs débits minimum (VCN3) présentent une période de retour à caractère sec sauf ceux au sud du Gard (30) et dans l'Hérault (34). Les débits du Rhône retrouvent également des niveaux proches ou supérieurs à la moyenne sur l’ensemble des stations suivies.
  • Les niveaux des nappes d'eau souterraine sont bas. Ceux des nappes qui étaient en situation normale le mois précédent, repartent à la baisse. Ceux des nappes inférieures à la normale se stabilisent voire repartent à la baisse au sud du bassin.
  • La majorité des retenues du bassin a un remplissage normal. La retenue de Saint Cassien ainsi que le groupe du Chassezac présentent encore ce mois-ci un faible taux de remplissage (inférieur à 50%).
  • L’indice d’humidité des sols est proche de la saturation sur la majorité du bassin mais reste inférieur à la normale sur la majeure partie du pourtour méditerranéen.

Bilan : après un étiage automnal marqué puis des températures exceptionnellement élevées, de faibles précipitations et un stock neigeux exceptionnellement bas en décembre, la situation était critique, début janvier, pour une grande partie des ressources en eau du bassin. Courant janvier, les pluies et la neige attendues sont tombées sur les régions nord et centre mais dans des proportions insuffisantes pour la neige. Le stock neigeux à fondre au printemps est très inférieur à la normale. Une amélioration de la situation sera possible uniquement si les pluies continuent en février et mars sur ces secteurs. Début février, la situation reste tendue sur les secteurs sud du bassin où, depuis 3 mois, les pluies sont trop faibles pour amorcer une recharge hivernale suffisante.