Novembre 2016 : amélioration mais encore des déficits à l'extrême nord et l'extrême sud

(mis en ligne le 15 décembre 2016)

Le mois de novembre 2016 est doux et humide. Les températures moyennes mensuelles sont proches de la normale ou légèrement supérieurs (+1°C). Les cumuls mensuels dépassent 75 mm sur l’ensemble du bassin sauf sur la bande littorale de Marseille à Perpignan et sur le Roussillon. La région PACA a été particulièrement bien arrosée au cours de la 3éme décade, avec des cumuls de précipitations atteignant 400 mm sur les Alpes-maritimes et les Hautes-Alpes. Le bilan pluviométrique mensuel est ainsi largement excédentaire sur ces secteurs. A l’inverse, en Franche-Comté, l’absence de pluie depuis la mi-novembre aggrave les situations déjà déficitaires sur quelques secteurs.

Le bilan pluviométrique depuis le 1er septembre est contrasté sur le bassin : il reste majoritairement déficitaire sur la moitié nord et sur l’ouest de la bordure méditerranéenne, dans l’Aude et les Pyrénées Orientales (jusqu’à moins de 50% des normales). Il devient majoritairement excédentaire sur la moitié sud (jusqu’à plus de 200% des normales).

Au 1er décembre 2016

  • La situation s’est nettement améliorée sur les cours d’eau au sud de Franche-Comté, sur les cours d’eau du secteur Rhône-Alpes ainsi que sur les cours d’eau de la région PACA. Leurs débits sont en majorité supérieurs, voir très supérieurs, à la moyenne mensuelle. Sur les autres secteurs du bassin, les débits des cours d’eau sont plus élevés que le mois dernier. Sur les bassins versants au nord de Franche-Comté et en Occitanie, ils restent proches, voire inférieurs à la moyenne.
  • Les débits du Rhône et de la Saône à la confluence sont, eux aussi, bien remontés au cours du mois. Ils enregistrent, en fin de mois, des valeurs proches de la moyenne interannuelle pour 5 stations suivies et supérieures à la moyenne pour la station de Beaucaire, à l’aval du Rhône.
  • La tendance générale du niveau des nappes d’eau souterraine est à la hausse. La recharge est amorcée. Toutefois, en corrélation avec la pluviométrie, les niveaux sont encore bas sur quelques nappes au centre du bassin et au sud, sur le Roussillon.
  • Les taux de remplissage des retenues du bassin sont élevés. Pour la moitié d’entre elles, ils sont supérieurs à 75 %. Les réserves pour l’eau potables, pour les usages agricoles et les retenues à vocation hydroélectrique (Alpes du nord) ont un remplissage supérieur à la normale. En revanche, les retenues d’alimentation des canaux de navigation en Bourgogne, gérées par VNF, ont encore un taux de remplissage inférieur à 40% qui nécessitent des mesures d’économie d’eau et des conditions d’exploitation restrictives.
  • L'humidité des sols est presque à saturation (indice compris entre 0,85 et 1,0) sur l’ensemble du bassin sauf sur la zone littorale de Toulon à Montpellier ainsi que l’Aude et les Pyrénées Orientales (indice compris entre 0,2 et 0,6).