Mars 2020 : Situations tendues en perspective particulièrement au droit des nappes du couloir Rhône-Saône insuffisamment rechargées

Figure actu BSH avril 2020

Les cours d’eau à régime nival et pluvio-nival de Bourgogne-Franche-Comté de l’Est d’Auvergne-Rhône-Alpes profitent de la fonte des neiges et enregistrent en conséquence des débits en augmentation. La proportion des rivières à débit fort à très fort augmente pour atteindre respectivement 31 et 67 % par rapport au mois de février. Dans une moindre mesure, la situation des cours d’eau de la région PACA s’améliore légèrement. Les données des débits des cours d’eau en Occitanie n’ont pas pu être transmises.

Le débit du Rhône est supérieur à la moyenne sur toutes les stations du nord au sud, tout comme la Saône aval à la station de Couzon.

En mars, 54 % des retenues à vocation multi-usages présentent un taux de remplissage supérieur à 70 %. Les taux bas, pour les retenues des Alpes (Serre-Ponçon et Castillon), ne traduisent pas un déficit hydrologique mais illustrent une gestion prudente des volumes de la part des gestionnaires qui abaissent la côte des lacs en prévision des apports liés à la fonte des neiges.

La reprise de la végétation, la diminution des pluies efficaces et l’augmentation de l’évapotranspiration à partir de mi-mars ont entraîné un ralentissement des hausses de niveaux des nappes réactives. Certaines nappes interstitielles (à temps de réponse long) présentent des niveaux très bas sur le couloir du Rhône, de la Saône et à l’est du massif central. Ces nappes fortement impactées par les déficits pluviométriques des trois périodes d’hivers secs précédentes n’arrivent plus à se recharger, étant par ailleurs particulièrement sollicitées (nappes des cailloutis de Bourgogne, nappes des couloirs fluvioglaciaires du Rhône amont et moyen).

Au 10 avril 2020, trois départements ont pris des mesures de limitation des usages de l’eau sur les eaux souterraines : l’Ain (Dombes-Certines) et la Drôme (Valloire, Gallaure, Drôme des Collines et Plaine de Valence) sont placés en alerte et cinq secteurs du Rhône en situation de vigilance.
Si des épisodes pluvieux au cours du mois d’avril ne viennent pas contribuer aux besoins d’eau en agriculture en particulier dans les secteurs de bas niveaux des nappes voir de cours d’eau la situation va avoir tendance à se dégrader rapidement pendant la période de croissance des cultures.

Consultez le bulletin hydrologique au 1er avril 2020

Les dernières actu

Avril 2020 : Situation de sécheresse déjà tendue après un mois d’avril sec en particulier sur la moitié nord du bassin

Figure actu BSH mai 2020
15/05/2020
Le déficit de précipitations du mois d’avril affecte les débits des cours d’eau des régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté ainsi que, dans une moindre mesure, ceux de la région Provence Alpes Côte d’Azur : en avril, la proportion des cours d’eau à

Février 2020 : Précipitations sur les reliefs du nord du bassin et recharge insuffisante en particulier des nappes fluvio-glaciaires du couloir rhodanien

Figure actu BSH mars 2020
17/03/2020
La faiblesse des précipitations sur le sud du bassin est à l’origine de la dégradation des débits des cours d’eau en particulier en PACA et sur le versant méditerranéen de l’Occitanie : respectivement 56 % et 64 % de ceux-ci présentent des débits faibles à très faibles. A l’inverse, la situation des cours d’eau s’améliore en Bourgogne-Franche-Comté et à l’est d’Auvergne-Rhône-alpes. Le débit des cours d’eau augmente sur ces régions.

40 plans de gestion de la ressource en eau (PGRE) adoptés en ligne

27/02/2020
La gestion équilibrée de la ressource en eau est une des conditions de l’atteinte du bon état des eaux. Les travaux engagés au cours des SDAGE 2010/2015 et 2016/2021 ont confirmé une situation d’inadéquation durable ou précaire entre la disponibilité de la ressource et les prélèvements sur environ 40 % de la surface du bassin Rhône-Méditerranée.