Février 2014 : très bonne situation d'ensemble, vigilance en Languedoc-Roussillon

En février 2014, dans la continuité du mois de janvier, les températures moyennes restent élevées (jusqu’à 5°C au dessus des normales). Le bassin a été bien arrosé sauf en Languedoc-Roussillon sur le pourtour méditerranéen (Hérault, Aude et Pyrénées Orientales) où les déficits mensuels atteignent la moitié des normales. La région PACA et le sud-ouest de la région Rhône-Alpes présentent des zones excédentaires 3 à 5 fois supérieures aux normales. Le bilan des pluies efficaces depuis le 1er septembre est exceptionnellement élevé (de 400 à 1000 millimètres) avec plusieurs zones supérieures à 1250 millimètres qui apparaissent. L'enneigement est particulièrement important sur les Alpes du sud et les reliefs des Pyrénées Orientales. Il correspond à un enneigement moyen dans les Alpes du nord.

En conséquence, au 1er mars 2014, les indicateurs hydrologiques ont atteint des niveaux particulièrement élevés sauf dans les départements moins bien arrosés en Languedoc-Roussillon :

  • Les débits des cours d’eau sont encore supérieurs voir très supérieurs à la normale en particulier ceux de la région PACA. Des crues sont survenues sur certains cours d'eau du Vaucluse, des Bouches du Rhône, du sud varois et de la côte d'azur. Les débits du Rhône aval et de la Saône aval restent bien au-dessus de la moyenne mensuelle inter-annuelle. Par contre, en Languedoc Roussillon, de nombreux cours d'eau ont des débits proches ou inférieurs à la moyenne.
  • La recharge est maximale sur la majorité des nappes d'eau souterraine du bassin sauf certaines au sud en lien avec la pluviométrie. Ainsi, en contexte de faibles précipitations, les niveaux piézométriques d'une partie des karts montpelliérains, des alluvions de l'Orb, des aquifères du pliocène et du multicouche du Roussillon restent inférieurs à la normale.
  • Le remplissage de la quasi-totalité des retenues du bassin est supérieur à la normale.
  • Les sols sont saturés en eau sur tout le bassin, à l’exception d'un large secteur sur le littoral de Languedoc-Roussillon qui s'étend depuis le mois de janvier. L'indice d'humidité sur ce secteur demeure inférieur à la normale de 20 à 30%.