Février 2016 : recharge hivernale amorçée au nord, vigilance au sud

(mis en ligne le 11 mars 2016)

En février, la douceur alterne avec des périodes de froid. Les températures moyennes mensuelles restent au-dessus des valeurs de saison (écart de +1°C à localement +2,5°C). Les précipitations sont modérées (inférieures à 100 mm) sur les secteurs de plaine et plus élevées (jusqu’à 250 mm) sur les reliefs où la neige tombe enfin en abondance. Ainsi, la pluviométrie moyenne mensuelle enregistre des valeurs proches de la normale à excédentaires sur l’ensemble du bassin. Les niveaux d’enneigement sur les massifs alpins sont remontés cependant ils atteignent tout juste, en fin de mois, les moyennes interannuelles basses.

Depuis le 1er septembre 2015, les cumuls de précipitations évoluent positivement au nord du bassin, sur les reliefs alpins et les Cévennes, où ils deviennent proches de la normale à légèrement excédentaires. Sur les régions sud, en particulier sur la bande littorale de l’Hérault et de l’Aude, ils restent déficitaires. Le bilan des pluies efficaces depuis le 1er septembre 2015 (pluies brutes moins évapotranspiration) devient positif sur l’ensemble du bassin sauf sur le pourtour méditerranéen de Marseille à Perpignan où il reste faible (de 0 à 200mm).

Au 1er mars 2016 :

  • à l'image de la pluviométrie, les cours d'eau au nord et centre du bassin présentent des débits supérieurs, voire très supérieurs à la moyenne. Au sud du bassin, les débits des cours d’eau sont majoritairement inférieurs à la moyenne sauf ceux au sud du Gard (30) et ceux de l’Hérault (34). Les débits du Rhône atteignent des valeurs très supérieures à la moyenne sur l’ensemble des stations suivies.
  • Les nappes d'eau souterraine au nord du bassin sont stables ou en cours de recharge. Celles au centre du bassin évoluent autour de niveaux normaux pour la saison. Au sud, la majorité des nappes ont des niveaux inférieurs, voire très inférieurs à la normale.
  • La majorité des retenues du bassin a un taux de remplissage supérieur à 50 %.
  • Les sols sont toujours très humides. L’indice d’humidité des sols est proche de la saturation sur la majorité du bassin sauf quelques secteurs du pourtour méditerranéen de Marseille à Perpignan.

Bilan : Après un début d’hiver très doux et sec, les pluies et la neige sont arrivées fin janvier au nord et au centre du bassin. L’hydrologie favorable du mois de février et la recharge du stock neigeux a permis d’améliorer très nettement la situation de la ressource en eau sur ces régions. Au sud du bassin, la situation est plus délicate : les précipitations du mois de février ont permis de stabiliser ou de combler une partie des déficits mais la recharge hivernale reste encore insuffisante pour aborder le printemps sereinement.