Année hydrologique 2013-2014 - Bulletins de Situation Hydrologique

L'année hydrologique 2013-2014 s'étend du 1er septembre 2013 au 31 août 2014

Août 2014 : humide au nord et plus sec au sud

Août 2014 est le 2e mois consécutif où la fraîcheur domine. Dans la continuité du mois de juillet, les cumuls de précipitations sont relativement importants, principalement au nord du bassin et sur les reliefs des Alpes du nord (de 100 à 300 mm). Ils sont néanmoins plus faibles au centre et au sud du bassin (de 10 à 50 mm).

Le bilan pluviométrique de l'année hydrologique 2013-2014 est majoritairement excédentaire sur le bassin. Seule la région Languedoc-Roussillon affiche des cumuls déficitaires de 25 à 50% (surtout l’Hérault). Le bilan des pluies efficaces depuis le 1er septembre 2013 est positif sur l'ensemble du bassin.

Au 1er septembre 2014, les indicateurs hydrologiques du bassin restent donc en majorité à des niveaux élevés pour la saison, sauf certains sur quelques secteurs au sud du bassin, en particulier en Languedoc-Roussillon :

Les conditions sont particulièrement favorables pour les cours d’eau. Le débit est très supérieur à la normale pour la majorité des cours d'eau du bassin. Seuls les débits de quelques rivières, principalement au sud d’Orange, sont inférieures à la moyenne mais la situation n'est pas préoccupante. Les débits du Rhône et de la Saône sont élevés (proches ou supérieurs à la moyenne).

Les niveaux des nappes au nord et au centre du bassin restent élevés pour une fin d'étiage. A l'extrême nord du bassin, les nappes qui présentaient des niveaux très bas à la fin juillet, ont profité de la pluviométrie abondante du mois d'août pour se recharger. La situation reste plus contrastée au sud du bassin : la moitié des nappes ont un niveau inférieur ou très inférieur à la normale. Les nappes qui enregistraient des niveaux bas fin juillet sont toujours déficitaires.

Le remplissage des retenues du bassin est favorable pour la saison. Seules, la retenue de Salagou dans l'Hérault et le canal du centre en Bourgogne présentent des taux de remplissage faibles.

L'indice d'humidité des sols est proche de la saturation sur le Jura et les Alpes du Nord. A l'inverse, cet indice est faible (de 0.10 à 0.40) au sud du bassin (Drôme, Ardèche, PACA, LR).

Les situations d'étiage les plus critiques sont observées dans le département de l'Hérault, qui affiche un indice ONDE de 5,7. Ceci traduit des ruptures d'écoulement ou des assecs sur le tiers des stations de mesures. Tous les autres départements présentent des indices ONDE supérieurs à 7,5 ce qui traduit la bonne situation des écoulements des cours d'eau.

Les observations collectées du 24 au 29 août 2014 dans le cadre de l'observatoire national des étiages (ONDE) montre que les milieux et les espèces aquatiques ont bénéficié des débits plutôt élevés et des températures plutôt basses de cet étiage 2014. Des étiages marqués ont été constatés localement mais les seuils critiques pour les usages et les milieux ne se sont pas généralisés comme en 2012. De plus, les indices de recrutement des juvéniles de différents espèces de poissons sont corrects. Ainsi, la fin de l'été peut-être envisagée sereinement tant pour la gestion de la ressource en eau que pour les espèces et les habitats aquatiques.

Télécharger
la synthèse détaillée

(Format PDF/2,3 Mo)

Pluviométrie

Humidité des sols

Cours d'eau

Le Rhône

Eaux souterraines

Retenues d'eau

Indice ONDE

Restrictions d' eau

Limitation des usages de l'eau - Situation au 10 septembre 2014 :

L'amélioration sensible de la situation hydrologique a permis d'assouplir ou de lever les mesures de limitation des usages de l'eau qui avaient été prises au début de l'étiage. Ainsi, au 10 septembre, 6 départements du bassin ont encore quelques de mesures de restriction en vigueur :

Au nord du bassin, 3 bassins versants (Tille amont – Ignon - Venelle / Bèze - Albanne / Norges - Tille aval) restent placés en alerte sur le département de la Côte d'Or (21).

En région Rhône-Alpes, dans le département de la Drôme (26), la zone hydrographique "sud Drôme" est placée en alerte jusqu'au 15 octobre. Le département de l'Ardèche (07) a repris des mesures d'alerte sur les bassins versants du Doux, de l'Eyrieux et de l'Ardèche depuis le 3 septembre. Le reste du département est placé en vigilance.

En région PACA, dans le département des Hautes-Alpes (05), les mesures d'alerte prises depuis le 8 juillet sur le bassin versant Eygues-Oule sont maintenues jusqu'au 30 septembre.

En région Languedoc-Roussillon, dans l'Hérault (34), les mesures prises ont aussi été assouplies depuis le 29 juillet 2014. Plusieurs bassins versants sont encore en état d'alerte jusqu'au 30 septembre. Dans l'Aude (11), certains bassins versants sont en vigilance et la nappe Astienne est en alerte depuis le 13 août 2014.

Les arrêtés préfectoraux de restriction des usages de l'eau
sont à consulter sur le site PROPLUVIA

Juillet 2014 : frais et extrêmement arrosé sauf sur le pourtour méditerranéen

Fin juillet 2014, la situation de la ressource en eau sur le bassin est favorable, particulièrement en région Rhône-Alpes. Avec des températures au dessous des normales et une pluviométrie largement excédentaire sur tout le bassin sauf le pourtour méditerranéen, les situations déficitaires des mois de mai et juin se rétablissent : l'étiage sévère installé en Bourgogne et Franche-Comté devient un étiage normal et la sécheresse établie en Languedoc-Roussillon s'atténue sur certains secteurs.

Au cours du mois de juillet, les indicateurs hydrologiques du bassin ont atteint, dans la majorité des cas, des niveaux normaux ou élevés pour la saison :

Les débits qui étaient majoritairement inférieurs à la normale fin juin, sont proches à très supérieurs à la normale fin juillet sur la majeure partie des cours d'eau du bassin. L'étiage sévère amorcé en juin sur les régions nord et en région Languedoc-Roussillon devient un étiage normal. Les débits du Rhône et de la Saône sont également fortement remontés. Ils sont supérieurs ou très supérieurs à la moyenne mensuelle inter-annuelle de l’ensemble des stations de suivis.

Les abondantes précipitations de juillet ont permis à de nombreuses nappes du bassin de se maintenir, voire se recharger, selon une dynamique inhabituelle en période d'étiage. Contrairement aux années précédentes, la situation est particulièrement favorable sur les nappes de la région Rhône-Alpes. Au sud du bassin, la situation est contrastée, mais globalement meilleure que le mois précédent. En Languedoc-Roussillon, de nombreux aquifères retrouvent des niveaux normaux pour la saison, mais la moitié des nappes ont encore des niveaux inférieurs à la normale. A l'extrême nord du bassin, les niveaux piézométriques restent encore très inférieurs à la normale.

Le remplissage des retenues du bassin est favorable pour la saison. Seules, la retenue de Salagou dans l'Hérault, le canal du centre en Bourgogne et les retenues des Alpes du nord à vocation hydroélectrique présentent des taux de remplissage faibles.

L'indice d'humidité des sols a très fortement augmenté au nord du bassin depuis le mois de juin. Il est proche de la saturation sur une grande partie des régions Rhône-Alpes et Franche-Comté, ce qui est exceptionnel à cette période. Cet indice est néanmoins faible en PACA et Languedoc-Roussillon, mais il est, tout de même, supérieur à la normale sur une grande partie de ces régions. Fin juillet, seuls les sols de quelques secteurs du pourtour méditerranéen et de l’extrême nord du bassin restent déficitaires en eau.

Télécharger
la synthèse détaillée

(Format PDF/2,3 Mo)

Pluviométrie

Humidité des sols

Cours d'eau

Le Rhône

Eaux souterraines

Retenues d'eau

 

Restrictions d'eau

Limitation des usages de l'eau - Situation au 10 août 2014 :

L'amélioration sensible de la situation hydrologique a permis de lever ou d'assouplir les mesures de restriction qui avaient été prises au cours du mois de juin et début juillet. Ainsi :

en région Franche-comté, les mesures prises sur les départements de Haute-Saône (70) et du Doubs (25) sont levées depuis mi- juillet.

En région Bourgogne, la levée des mesures est effective depuis le 24 juillet sur la Saône et Loire (71). Par contre, en Côte d'Or (21), les mesures prises depuis le 13 juin ont été renforcées. Le bassin versant de la Biètre est en état de crise (niveau 3) depuis le 26 juin.

En région Rhône-Alpes, un assouplissement des mesures a été arrêté le 30 juillet dans le département de la Drôme (26). Seule la zone hydrographique "sud Drôme" reste placée en alerte (niveau 1). De plus, les mesures prises sur le département de l'Ardèche (07) sont toutes levées depuis le 28 juillet. Ce département reste néanmoins placé en vigilance.

En région PACA, dans le département des Hautes-Alpes (05), les mesures d'alerte (niveau 1) prises depuis le 8 juillet sur le bassin versant Eygues-Oule sont maintenues. Le département du Vaucluse (84) est placé en vigilance depuis le 3 juillet 2014.

En région Languedoc-Roussillon, les mesures prises dans le Gard (30) ont été assouplies depuis le 25 juillet. Le département reste en vigilance et seule la nappe des alluvions anciennes de la Vistrenque et Costières reste en état d'alerte (niveau 1). Dans l'Hérault (34), les mesures prises ont aussi été assouplies depuis le 29 juillet 2014. Plusieurs bassins versants restent placés en état d'alerte (niveau 1). Enfin, dans l'Aude (11), certains bassins versants sont en vigilance et la nappe Astienne est placée en alerte renforcée (niveau 2) depuis le 17 juin.

Les arrêtés préfectoraux de restriction des usages de l'eau
sont à consulter sur le site PROPLUVIA

Juin 2014 : début d'étiage sévère au nord du bassin et en région Languedoc-Roussillon

Avec des températures au dessus des normales et une pluviométrie globalement déficitaire, principalement au nord et à l'ouest du bassin et, malgré des épisodes orageux au sud, le mois de juin confirme les grandes tendances hydrologiques de ce début d'été 2014 : une sécheresse marquée établie en Languedoc-Roussillon et qui s'installe en Bourgogne et Franche-Comté, un contraste fort entre les zones de reliefs où la situation est favorable et les zones de plaines avec des sols secs à extrêmement secs.

Les indicateurs hydrologiques varient des niveaux les plus hauts aux niveaux les plus bas :

Les débits de la majorité des cours d'eau du bassin, y compris le Rhône et la Saône, sont inférieurs ou très inférieurs à la normale sauf en région PACA où certains d'entre eux ont profité des pluies orageuses . En Languedoc-Roussillon, la situation, qui était préoccupante sur les cours d'eau des département de l'Hérault et du Gard, s'améliore légèrement. Par contre, elle devient préoccupante sur les cours d'eau au nord du bassin où les débits sont très faibles en particulier ceux de la Côte d'Or. La fréquence de retour se situe entre 10 et 20 ans, voire 50 ans, ce qui souligne la force de la sécheresse. L'étiage estival 2014 est sévère sur ces régions, identique à 2011 et 2003 sauf exceptions.

Les nappes marquent la même tendance, avec un léger retard lié aux bonnes recharges hivernales. Leurs vidanges, amorcées en mai, se poursuivent au cours du mois de juin. Ce début de saison estivale appelle à la vigilance car on note le retour à des valeurs moyennes pour quelques nappes et des déficits apparaissent sur les nappes d'accompagnement des grands cours d'eau (Rhône, Saône, Drôme).

Le remplissage des retenues du bassin est favorable pour la saison.

Les sols des zones de reliefs (Jura, Alpes et Pyrénées) sont proches de la saturation, voire saturés. A l'inverse, les sols des zones de plaines sont secs, voire extrêmement secs.

L’indice départemental ONDE traduit la disparité des situations d’étiage. L'impact sur les milieux et les espèces n'est pas encore marquant. Cependant, il convient d'être attentif aux évolutions du mois de juillet qui pourraient voir se développer une situation beaucoup plus défavorable pour les milieux aquatiques.

Télécharger
la synthèse détaillée

(Format PDF/2,6 Mo)

Pluviométrie

Humidité des sols

Cours d'eau

Le Rhône

Eaux souterraines

Retenues d'eau

Indice ONDE

Restriction d'eau

Limitation des usages de l'eau - Situation au 15 juillet 2014 :

En Franche-Comté, après l'amélioration du mois de mai, la situation hydrologique s'est à nouveau dégradée au cours du mois de juin. Des mesures de limitation ont été reprises dès le 20 juin 2014 dans le département du Doubs (25) et le 24 juin en Haute-Saône (70).

De même en région Bourgogne, la situation s'est rapidement dégradée au cours du mois de juin. Des mesures de limitation sont en vigueur depuis le 13 juin en Côte d'Or (21) et en Saône et Loire (71) depuis le 1er juillet 2014. Le niveau 3 (crise) est atteint en Côte d'Or sur le bassin versant de la Biètre.

En région Rhône-Alpes, seuls les départements de l'Ardèche (07) et de la Drôme (26) ont pris des mesures de niveau 1 (alerte) et 2 (alerte renforcée) respectivement les 20 et 27 juin. Début juillet, l'amélioration des conditions hydrologiques a conduit à l'assouplissement des mesures sur le bassin versant de la Cance et sur le bassin de la Drôme.

En région PACA, seul le département des Hautes-Alpes (05) a pris des mesures de limitation de niveau 1 (alerte) depuis le 4 juillet sur le bassin versant Eygues-Oule.

En région Languedoc-Roussillon, en raison des débits des cours d'eau très bas et de la baisse continue des nappes malgré les épisodes de pluies orageuses, les départements du Gard (30) et de l'Hérault (34) ont renforcé leurs mesures prises fin mai et début juin. Ainsi, dans le Gard (30), le bassin versant de la Cèze, les bassins versants des Gardons amont, de l’Ardèche et la nappe souterraine de l’Urgonien sont placés en alerte (niveau 1) depuis le 4 juillet. Dans l'Hérault (34), les bassins versants de la Lergue, de l'Hérault et ses affluents ainsi que la nappe Astienne sont en alerte renforcée (niveau 2) depuis le 7 juillet 2014. De même, la nappe Astienne dans le département de l'Aude (11) est placée en alerte renforcée depuis le 17 juin 2014.

Les arrêtés préfectoraux de restriction des usages de l'eau
sont à consulter sur le site PROPLUVIA

Mai 2014 : Etiage précoce et premières mesures de restriction des usages de l'eau

La situation pluviométrique est normale voire excédentaire sur les massifs des Vosges, du Jura et des Alpes du Nord qui ont été bien arrosés. Sur le nord ouest du bassin ainsi que sur les régions Provence-Alpes-Côte d'Azur et Languedoc-Roussillon, le bilan pluviométrique est déficitaire (moins de 25% à 75% des normales).

Les indicateurs hydrologiques varient des niveaux les plus hauts aux niveaux les plus bas :

Les cours d'eau au nord ouest du bassin et en région Languedoc-Roussillon présentent des écoulements de surfaces inférieurs à la moitié des normales illustrant la précocité des étiages. La situation est préoccupante dans le département de l'Hérault. De même en PACA, les cours d'eau sont à surveiller, en particulier sur le Loup, le Jabron et l'Artuby. Les débits du Rhône sont tous inférieurs à la moyenne mensuelle et continuent à baisser. Les débits de la Saône restent 2 fois plus faibles que la moyenne mensuelle,

La vidange des nappes amorcée depuis 2 mois, se poursuit en mai. Les niveaux restent généralement proches ou supérieurs à la normale au nord. Sur les régions sud du bassin, la situation est plus hétérogène. En moyenne et basse Durance, dans la plaine du Vaucluse, dans l'Hérault et la plaine du Roussillon, les niveaux des nappes sont particulièrement bas.

Le remplissage des retenues du bassin est satisfaisant sauf celui des retenues des Alpes du nord qui est inférieur à la normale. Le remplissage de la retenue de Salagou dans l'Hérault reste très faible (11%). Ces remplissages sont globalement plus bas qu’en 2012 et 2013 à la même époque.

L'indice d'humidité des sols au 11 juin 2014 est majoritairement déficitaire sur le bassin en particulier au nord-ouest du bassin, sur la vallée du Rhône et la zone littorale méditerranéenne où le déficit peut atteindre 80%.

Les conditions hydrologiques ont été favorables aux milieux aquatiques. Mais il conviendra d'être attentif aux évolutions des mois à venir qui pourraient voir se développer une situation hydrologique déficitaire beaucoup plus impactante pour les milieux.

Télécharger
la synthèse détaillée

(Format PDF/2,6 Mo)

Pluviométrie

Humidité des sols

Cours d'eau

Le Rhône

Eaux souterraines

Retenues d'eau

Manteau neigeux

 

Limitation des usages de l'eau - Situation au 11 juin 2014 :

La situation hydrologique s'est améliorée au mois de mai sur une partie de la Franche-Comté. En conséquence, les mesures de limitation des usages de l'eau prises fin avril dans les départements du Doubs (25) et le territoire de Belfort (90) ont été levées le 28 mai 2014.

A l'inverse, au sud du bassin, la situation de la ressource en eau s'est dégradée au cours du mois de mai. Ainsi, 4 départements ont pris des mesures de restriction des usages de l'eau :

Le département de l'Hérault (34), qui était placé en vigilance depuis fin avril, a pris un arrêté de restriction des usages de l'eau le 27 mai 2014. Les eaux superficielles de l'ensemble du département sauf le BV Agout sont en alerte (niv1) et la nappe Astienne est en alerte (niv2).

Dans le département de l'Ardèche (07), le BV Doux est en alerte (niv1) depuis le 6 juin 2014. Le reste du territoire est placé en vigilance.

Dans la Drôme (26), le BV Roubion-Jabron est en alerte (niv1) depuis le 10 juin. Le reste du territoire est placé en vigilance.

Dans le Gard (30), le BV de la Cèze et les alluvions anciennes de la Vistrenque et des Costières sont en alerte (niv1) depuis le 11 juin 2014. Le reste du territoire est placé en vigilance.

Les arrêtés préfectoraux de restriction des usages de l'eau
sont à consulter sur le site PROPLUVIA

Avril 2014 : après 2 mois de faibles pluies, la vigilance s'impose sur l'Hérault et la Franche-Comté

En avril 2014, les températures moyennes restent élevées (jusqu’à 3°C supérieures à la normale). Ce mois d'avril est le 3ème le plus chaud depuis 1960.

Dans la continuité du mois de mars, le bassin est peu arrosé en avril 2014. Les précipitations sont inférieures à la normale sur la majeure partie du bassin. Seuls l'Aude et les Pyrénées Orientales ont reçu des précipitations proches de la normale et même excédentaires sur leurs zones littorales. Le déficit est particulièrement important (jusqu’à moins 80% de la normale) au nord de Mâcon et au sud d’Orange. Le mois d'avril 2014 est néanmoins plus arrosé que le mois d'avril 2011.

Le cumul des précipitations depuis le 1er septembre 2013 reste proche des normales à excédentaire sur la majeure partie du bassin. Toutefois, en conséquence des faibles précipitations des 2 derniers mois, les zones d'excédent diminuent. Le déficit devient même important (compris entre 25 à 50% des normales), au sud du bassin, dans l'Hérault, dans le Gard autour de Nîmes ainsi que sur les zones littorales de l'Aude et des Pyrénées orientales. La situation globale est cependant meilleure qu'en 2011 et 2012, où ce cumul était proche ou inférieur à la normale sur l'ensemble du bassin (à l’exception de Perpignan).
Le bilan des pluies efficaces depuis le 1er septembre 2013 reste partout positif. Il est largement positif sur les reliefs mais plus faible en Languedoc Roussillon, particulièrement dans l'Hérault.

La fonte du manteau neigeux s'est accélérée du 1er au 20 avril sur tous les massifs du bassin. Au 1er mai, l'équivalent en eau du manteau neigeux des Alpes du nord est inférieur à la normale alors qu'il reste normal dans les Alpes du sud. Sur les reliefs des Pyrénées Orientales, la fonte des neiges se termine.

En conséquence, au 1er mai 2014, la tendance est à la baisse de tous les indicateurs hydrologiques :

La baisse des débits des cours d'eau se poursuit au mois d'avril sauf pour ceux qui profitent de la fonte du manteau neigeux. L’hydraulicité mensuelle est particulièrement faible au nord du bassin et en Languedoc-Roussillon, dans l'Hérault, où la situation évolue peu. Sur ces régions, les débits restent en majorité inférieurs à très inférieurs à la moyenne et la vigilance est nécessaire pour aborder l'étiage. On s’approche de la situation d’avril 2011. Les débits du Rhône continuent à baisser. Ils sont tous inférieurs à la moyenne mensuelle inter-annuelle. A Couzon, le débit de la Saône est même 5 fois plus faible que la moyenne mensuelle inter-annuelle (110m3/s).

La baisse de la plupart des nappes, amorcée en mars, se poursuit en avril. Les niveaux restent cependant largement supérieurs à la normale au nord et au centre du bassin, à l'exception des nappes alluviales de Franche-Comté. Sur les régions sud du bassin, la situation des nappes d'eau souterraines est plus hétérogène. En basse Durance, dans la plaine du Vaucluse et dans l'Hérault, les niveaux sont particulièrement bas, à surveiller pour le début de l'étiage. La situation sur le bassin est globalement meilleure qu’en avril 2011 et 2012.

Le remplissage des retenues du bassin est sensiblement le même que le mois précédent. Le remplissage des retenues des Alpes du nord reste supérieur à la normale alors que celui de la retenue de Salagou dans l'Hérault reste faible (14%). Ces remplissages sont globalement plus bas qu’en 2012 et 2013 à la même époque.

L'indice d'humidité des sols est majoritairement déficitaire sur le bassin en particulier au nord-ouest du bassin, sur la vallée du Rhône et la zone littorale méditerranéenne où le déficit peut atteindre 65%.

Télécharger
la synthèse

(Format PDF / 2,4 Mo)

Pluviométrie

Humidité des sols

Cours d'eau

Le Rhône

Eaux souterraines

Retenues d'eau

Manteau neigeux

 

Limitation des usages de l'eau :

Au nord du bassin, suite aux faibles précipitations des 2 derniers mois, les premières mesures de limitation des usages de l'eau sont entrées en vigueur sur la Franche-Comté. Dans les département du Doubs (25) et le territoire de Belfort (90), les bassins versants de l'allan et des plateaux calcaires jurassiens sont placés en alerte depuis le 25 avril 2014.

Au sud du bassin, la situation de la ressource en eau dans le département de l'Hérault est préoccupante. L'ensemble du département, à l'exception du bassin versant de l'Agout, est placé en vigilance sécheresse. La préfecture de l'Hérault (34) a fait une information par communiqué de presse le 25 avril 2014.

Les arrêtés préfectoraux de restriction des usages de l'eau
sont à consulter sur le site PROPLUVIA

Mars 2014 : un début de printemps chaud et sec sur l'ensemble du bassin

En mars 2014, les températures moyennes restent élevées (jusqu’à 4°C supérieures à la normale).

La pluviométrie du mois de mars 2014 contraste avec celle des mois précédents sur l’ensemble du bassin Rhône-Méditerranée. Après des pluies abondantes, le bassin est peu arrosé en mars 2014. Les précipitations sont inférieures à la normale sur la majeure partie du bassin. Seule la région PACA a des précipitations majoritairement proches de la normale et même excédentaires autour de Nice. Le déficit est particulièrement important au nord du bassin (jusqu’à moins du quart de la normale). Le mois de mars 2014 reste néanmoins plus arrosé que le mois de mars 2012.

En conséquence des précipitations abondantes de l'hiver, le cumul des pluies depuis le 1er septembre 2013 reste excédentaire sur la majeure partie du bassin. Seul le Languedoc-Roussillon présente un déficit. La situation est meilleure qu'en 2011 et qu’en 2012, où ce même cumul était inférieur à la normale sur tout le bassin (à l’exception de Perpignan). Le bilan des pluies efficaces depuis le 1er septembre 2013 reste partout positif, bien qu’il soit faible en Languedoc Roussillon.

Sur les Alpes du sud et les reliefs des Pyrénées Orientales, la fonte du manteau neigeux est amorcée mais, au 1er avril, l'équivalent en eau est encore très supérieur à la moyenne. Par contre, dans les Alpes du nord, l’équivalent en eau du manteau neigeux est déficitaire d’environ 20 % à la fin du mois de mars, ce qui traduit une fonte précoce du manteau neigeux qui n’a pas été compensé par des précipitations.

En conséquence, au 1er avril 2014, les indicateurs hydrologiques sont moins favorables que les mois précédents :

Les débits sont en baisse par rapport au mois de février sur la plupart des cours d’eau du bassin sauf ceux qui profitent de la fonte du manteau neigeux. L’hydraulicité mensuelle est particulièrement faible en Languedoc-Roussillon et au nord du bassin (débit de nombreux cours d’eau inférieur à la moyenne). La situation est donc un peu moins bonne qu’en mars 2013, mais globalement meilleure qu’en mars 2012 et mars 2011 (sauf en Languedoc-Roussillon). Les débits du Rhône ont également baissé, mais ils restent proches de la moyenne mensuelle inter-annuelle, sauf à Ternay et Valence car le débit de la Saône à Couzon est faible (390 m3/s).

Les nappes ont amorcé leur décharge sur l'ensemble des régions : la majorité des nappes sont à la baisse. C’était également le cas en 2012, mais la décharge est cette année plus précoce qu’en 2011 et 2013. Les niveaux des nappes restent cependant très élevés sur une majeure partie du territoire. Ils sont supérieurs aux niveaux observés à la même époque, au cours des 3 dernières années, à l’exception des nappes proches du littoral en Languedoc-Roussillon.

Le remplissage de la majorité des retenues du bassin est proche ou supérieur à la normale. On observe une légère diminution de ce remplissage par rapport au mois précédent à l’exception des barrages des Alpes du nord qui ont profité de la fonte des neiges.

L’humidité des sols du bassin est beaucoup moins importante qu’au 1er mars. Néanmoins, la situation reste bien meilleure qu’au 1er avril 2012. Les sols restent saturés en eau sur les reliefs, du Jura aux Alpes du sud, dans les Cévennes et les Pyrénées. Ailleurs, l'indice d'humidité des sols est déficitaire en particulier au nord-ouest du bassin et au sud-ouest sur le littoral, où le déficit peut atteindre 60 %.

Télécharger
la synthèse

(Format PDF / 6,0 Mo)

Pluviométrie

Humidité des sols

Cours d'eau

Le Rhône

Eaux souterraines

Retenues d'eau

Manteau neigeux

 

Février 2014 : Très bonne situation d’ensemble, vigilance en Languedoc-Roussillon

En février 2014, dans la continuité du mois de janvier, les températures moyennes restent élevées (jusqu’à 5°C au dessus des normales). Le bassin a été bien arrosé sauf en Languedoc-Roussillon sur le pourtour méditerranéen (Hérault, Aude et Pyrénées Orientales) où les déficits mensuels atteignent la moitié des normales. La région PACA et le sud-ouest de la région Rhône-Alpes présentent des zones excédentaires 3 à 5 fois supérieures aux normales. Le bilan des pluies efficaces depuis le 1er septembre est exceptionnellement élevé (de 400 à 1000 millimètres) avec plusieurs zones supérieures à 1250 millimètres qui apparaissent. L'enneigement est particulièrement important sur les Alpes du sud et les reliefs des Pyrénées Orientales. Il correspond à un enneigement moyen dans les Alpes du nord.

En conséquence, au 1er mars 2014, les indicateurs hydrologiques ont atteint des niveaux particulièrement élevés sauf dans les départements moins bien arrosés en Languedoc-Roussillon :

Les débits des cours d’eau sont encore supérieurs voir très supérieurs à la normale en particulier ceux de la région PACA. Des crues sont survenues sur certains cours d'eau du Vaucluse, des Bouches du Rhône, du sud varois et de la côte d'azur. Les débits du Rhône aval et de la Saône aval restent bien au-dessus de la moyenne mensuelle inter-annuelle. Par contre, en Languedoc Roussillon, de nombreux cours d'eau ont des débits proches ou inférieurs à la moyenne.

La recharge est maximale sur la majorité des nappes d'eau souterraine du bassin sauf certaines au sud en lien avec la pluviométrie. Ainsi, en contexte de faibles précipitations, les niveaux piézométriques d'une partie des karts montpelliérains, des alluvions de l'Orb, des aquifères du pliocène et du multicouche du Roussillon restent inférieurs à la normale.

Le remplissage de la quasi-totalité des retenues du bassin est supérieur à la normale.

Les sols sont saturés en eau sur tout le bassin, à l’exception d'un large secteur sur le littoral de Languedoc-Roussillon qui s'étend depuis le mois de janvier. L'indice d'humidité sur ce secteur demeure inférieur à la normale de 20 à 30%.

Télécharger
la synthèse

(Format PDF / 6,0 Mo)

Pluviométrie

Humidité des sols

Cours d'eau

Le Rhône

Eaux souterraines

Retenues d'eau

Manteau neigeux

 

Janvier 2014 : Encore plus d’eau qu’en janvier 2013 !

En janvier 2014, les températures sont douces sur le bassin Rhône-Méditerranée (de 1,5°C à 3,5°C supérieures à la normale). Le bassin a été bien arrosé, avec des précipitations particulièrement abondantes en Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur, notamment dans les départements de l’Ardèche, du Var, des Alpes-Maritimes (3 à 5 fois les normales). Au 1er février, le déficit pluviométrique est moins important qu’au 1er janvier en Languedoc-Roussillon, dans les Alpes du nord et au nord du bassin. Le bilan des pluies efficaces depuis le 1er septembre est particulièrement élevé, de 400 à 1000 millimètres, sur toute la façade est du bassin. L’enneigement est largement supérieur à la normale sur les Alpes du sud et les Pyrénées (10e année la plus enneigée depuis 1959). Il est par contre inférieur à la normale dans les Alpes du nord.

En conséquence, au 1er février 2014, les indicateurs hydrologiques du bassin sont majoritairement supérieurs - voire très supérieurs - à la normale :

Les débits des cours d’eau ont nettement augmenté par rapport au 1er janvier, même en Languedoc-Roussillon. Pour la très grande majorité des cours d’eau, le débit est proche, supérieur ou très supérieur à la moyenne, sauf pour certains points en Languedoc-Roussillon, en Provence-Alpes-Côte d’Azur et à l’extrême nord du bassin. Les débits du Rhône aval et de la Saône aval sont à nouveau bien au-dessus de la moyenne mensuelle inter-annuelle. Les débits correspondent à une période très humide sur presque tous les points de mesure bassin. Des crues exceptionnelles sont survenues dans le Var et les Alpes-Maritimes.

La très grandes majorité des niveaux des nappes d’eau souterraine sont à la hausse sur le bassin. La recharge est plus importante qu’au 1er janvier. Les niveaux sont normaux à très supérieurs à la normale sur presque tout le bassin. Ces niveaux restent néanmoins inférieurs, voire très inférieur, à la normale sur presque la moitié des points de suivi du pourtour Méditerranéen.

Le remplissage de la quasi totalité des retenues du bassin est supérieur à la normale. Les taux de remplissage ont augmenté depuis le 1er janvier.

Les sols sont saturés en eau sur tout le bassin, à l’exception d’une petite zone autour de Narbonne. L’humidité des sols a augmenté durant le mois de janvier. Elle est plus importante qu’au 1er février 2013.

Télécharger
la synthèse

(Format PDF / 6,0 Mo)

Pluviométrie

Humidité des sols

Cours d'eau

Le Rhône

Eaux souterraines

Retenues d'eau

Manteau neigeux

 

Décembre 2013 : la situation s’améliore en PACA et se dégrade en LR

Début janvier 2014, la situation reste favorable aux ressources en eau sur le nord et le centre du bassin. Au sud, la situation s’est largement améliorée sur la région PACA. La région Languedoc-Roussillon est encore en situation déficitaire et reste à surveiller.

Le mois de décembre 2013 débute avec le froid, puis les températures grimpent et passent au-dessus des normales : les températures moyennes mensuelles présentent un écart à la normale sur le bassin globalement compris entre -0,5°C et +3,5°C. Durant ce mois, les précipitations sont largement excédentaires en PACA et le long de l’axe Rhône-Saône. Elles sont par contre très déficitaires en Languedoc-Roussillon, sur les reliefs nord alpins et sur la frange nord-ouest du bassin. Cependant, le bilan des pluies efficaces depuis le 1er septembre reste supérieur à 50 millimètres sur la quasi-totalité du bassin.

En conséquence de cette pluviométrie, les indicateurs hydrologiques sont hétérogènes sur le bassin. Au 1er janvier 2014 :

Les débits ont nettement augmenté sur les cours d’eau à l’est de la région PACA et à l’ouest du Rhône moyen : l’hydraulicité est supérieure, voire très supérieure à la moyenne. Sur le reste des cours d’eau du bassin, la tendance générale est à la baisse. La situation est particulièrement critique dans l’Hérault. Les débits du Rhône aval et de la Saône aval passent eux aussi légèrement sous la moyenne mensuelle inter-annuelle.

Globalement, la recharge des nappes d’eau souterraine continue. Au nord de Montélimar, les niveaux sont généralement normaux ou supérieurs à la normale. Au sud par contre, les niveaux sont inférieurs à la normale sur la moitié des points de suivi du bassin.

Le remplissage de la grande majorité des retenues du bassin est supérieur à la normale.

Les sols du bassin sont proches de la saturation en eau à l’exception du pourtour méditerranéen, du delta du Rhône à Perpignan, où l’indice d’humidité des sols s’est amélioré mais reste compris entre 0,45 et 0,65.

Télécharger
la synthèse

(Format PDF / 2,3 Mo)

Pluviométrie

Humidité des sols

Cours d'eau

Le Rhône

Eaux souterraines

Retenues d'eau

 

 

Novembre 2013 : accentuation de l’écart entre le nord et le sud du bassin, sauf sur l'Aude et les PO

Début décembre 2013, la situation est largement favorable aux ressources en eau sur le nord et le centre du bassin. Au sud, elle s’améliore sur les départements de l’Aude et des Pyrénées Orientales mais reste à surveiller sur les autres secteurs.

Le mois de novembre 2013 est froid : les température moyennes mensuelles sont inférieures aux normales, avec un écart sur le bassin globalement compris entre -2°C et -0,5°C. Le contraste entre le nord et le sud du bassin s’accentue durant ce mois de novembre. Le nord, le centre du bassin et surtout l’Aude et les Pyrénées-Orientales reçoivent des précipitations bien plus abondantes que la normale mensuelle (jusqu’à 3 fois les quantités normales). Un épisode neigeux intéresse largement le bassin mi-novembre. Sur les autres secteurs au sud de Valence et Gap, les précipitations ont été nettement plus faibles que la normale, en particulier au sud de l’Ardèche.
Chaque région ayant bénéficié de périodes de précipitations abondantes au cours de l’automne, le bilan des pluies efficaces depuis le 1er septembre est supérieur à 50 millimètres sur la quasi-totalité du bassin.

En conséquence de la pluviométrie, les indicateurs hydrologiques sont normaux à très supérieurs à la normale au nord du bassin et plutôt normaux à très inférieurs à la normale au sud, en dehors des bassins versants proches de la frontière espagnole. Ainsi, au 1er décembre 2013 :

Les débits des cours d’eau du nord et du centre du bassin, ainsi que de l’Aude (30) augmentent, atteignant, pour la majorité, des valeurs très supérieures à la moyenne mensuelle. En particulier, les débits du Rhône et de la Saône aval sont très supérieurs à la normale. A l’inverse, dans tout le sud à l’exception de l’Aude (30) et des Pyrénées Orientales, l’hydraulicité a diminué jusqu’à être très inférieure à la moyenne sur de nombreux cours d’eau.

La recharge des nappes d’eau souterraine continue au nord d’Orange. Le niveau des nappes y est normal ou supérieur à la normal. Par contre, sur le pourtour méditerranéen, le niveau des nappes est stable ou à la baisse. Il peut être inférieur à la normale, voir très inférieur en certains points.

Le remplissage de la majorité des retenues du bassin est supérieur à la normale.

Notons que l’indice d’humidité des sols s’est nettement amélioré par rapport au mois précédent dans le sud du bassin. Il reste faible principalement dans la partie aval de la vallée de la Durance et le delta du Rhône.

Télécharger
la synthèse

(Format PDF / 10,1 Mo)

Pluviométrie

Humidité des sols

Cours d'eau

Le Rhône

Eaux souterraines

Retenues d'eau

 

 

Octobre 2013 : recharge suffisante au nord et déficits au sud

Le mois d’octobre 2013 enregistre des températures moyennes de l’ordre de 2°C au-dessus des normales de saison. Le nord du bassin reçoit des précipitations abondantes par contre les régions sud sont très peu arrosées. Ainsi, le bilan pluviométrique mensuel est déficitaire sur la bordure ouest, de la Saône-et-Loire au Gard, sur le sud de la région PACA et sur toute la région Languedoc-Roussillon. Les pluies efficaces mensuelles sont positives sur le bassin mais proche de zéro sur le sud de PACA et le Roussillon.

La plupart des indicateurs hydrologiques d’octobre sont normaux, voir supérieurs à la normale au nord du bassin mais ils sont souvent inférieurs à la normale au sud. En conséquence, au 1er novembre 2013 :

Les sols superficiels des territoires nord et centre sont proche de la saturation. Par contre, les secteurs peu arrosés au sud, en particulier le delta du Rhône, enregistre des déficits d’humidité jusqu’à moins 80%.

Les débits des cours d’eau des régions Bourgogne, Franche-Comté et des Alpes du nord sont élevés. Ceux du Rhône et de la Saône aval sont remontés au dessus des moyennes mensuelles interannuelle. Au sud du bassin, l’hydraulicité de certains cours d’eau est faible, voir très faible. L’étiage se prolonge.

La recharge des nappes d’eau souterraine est amorcée sur les régions nord du bassin et la région Rhône-Alpes. En PACA et Languedoc-Roussillon, les niveaux sont stabilisés ou, même, en baisse par rapport au mois de septembre. Les alluvions de la basse Durance ainsi que les graviers, grès et calcaires éocènes du secteur de Castelnaudary restent largement déficitaires.

Le remplissage des retenues du bassin est globalement normal pour la saison. Il est inférieur au quinquennal pour les barrages à vocation hydroélectrique des alpes du nord. Les retenues de Bourgogne ne présentent pas de difficulté d’alimentation pour la navigation jusqu’à mi novembre.

Début novembre 2013, la situation est largement favorable aux ressources en eau sur les régions nord du bassin. Par contre, la vigilance reste nécessaire durant la période de recharge automnale sur les régions sud où de larges secteurs déficitaires apparaissent.

Télécharger
la synthèse

(Format PDF / 4,5 Mo)

Pluviométrie

Humidité des sols

Cours d'eau

Le Rhône

Eaux souterraines

Retenues d'eau

 

 

Limitation des usages de l'eau :

Au 1er novembre, toutes les mesures en vigueur sur le bassin Rhône-Méditerranée ont été levées.

 

Septembre 2013 : Pluies modérées - situation hydrologique satisfaisante

Le mois de septembre 2013 est doux et ensoleillé. Les précipitations sont modérées au nord et faibles, parfois orageuses, au sud. Pour ce premier mois d’un nouveau cycle hydrologique, le bilan pluviométrique est déficitaire sur l’ensemble du bassin, principalement en régions PACA et Languedoc-Roussillon. Le bilan des pluies efficaces est majoritairement positif sur le bassin.

En conséquence de cette pluviométrie modérée, la plupart des indicateurs hydrologiques de septembre 2013 sont légèrement inférieurs à la normale :

Le déficit d’humidité des sols persiste sur les secteurs peu arrosés, au nord comme au sud du bassin.

Les débits des cours d'eau sont faibles mais les écoulements sont restés relativement stables au cours du mois. Le caractère humide de la période de retour marque encore l’ensemble du bassin.

Les nappes sont encore en phase de vidange en région PACA et Languedoc-Roussillon. Sur les autres régions, la tendance est à la stabilisation. La recharge s’amorce même sur certaines nappes.

Le remplissage des retenues varie suivant les régions de 25 à 96%. Il faut souligner l’indicateur global de remplissage très faible (inférieur au décennal) pour les retenues des Alpes du nord.

Les conditions de débit des rivières et de température restent globalement favorables pour les milieux aquatiques.

Début octobre, la situation est globalement favorable aux ressources en eau. La vigilance reste nécessaire durant la période de recharge automnale, en particulier sur les régions sud.

Télécharger
la synthèse

(Format PDF / 7,1 Mo)

Pluviométrie

Humidité des sols

Cours d'eau

Le Rhône

Eaux souterraines

Retenues d'eau

Milieux aquatiques

Indice ONDE

Limitation des usages de l'eau :

Quelques mesures ont été prises durant l'étiage 2013 sur le bassin Rhône-Méditerranée. Au 1er octobre, des mesures sont encore encore en vigueur sur 2 bassins versant du département de l'Ardèche (07).

Les arrêtés préfectoraux de restriction des usages de l'eau
Consulter le site PROPLUVIA