Sur la plus grande partie du bassin Rhône-Méditerranée, les mois de septembre et octobre 2006, chauds et ensoleillés se sont poursuivis par une douceur généralisée des températures jusqu’à la mi-janvier 2007. Dans la partie Nord du bassin, il faut attendre la troisième décade de janvier pour trouver les premières gelées et des températures négatives. Au terme du mois de février, le bilan des températures est globalement doux.
Dans l'ensemble, les précipitations sont faibles sur une majeure partie du bassin depuis le mois de septembre. De même pour les précipitations neigeuses tombées en faible quantité sur l’ensemble des Alpes ainsi que sur les sommets pyrénéens. La douceur du climat de février n'a pas permis un bon maintien du manteau neigeux.
Les précipitations efficaces depuis la reprise de l’année hydrologique au 1er septembre, période favorable à la recharge générale des ressources en eau, font apparaître un bilan excédentaire sur les deux seuls secteurs ayant bénéficié de précipitations abondantes ces derniers mois à savoir au sud-ouest du bassin le secteur des Cévennes et du Vivarais, et au nord-est du bassin le secteur du massif des Vosges, du plateau du Doubs et du Jura. Partout ailleurs, le bilan des précipitations efficaces est déficitaire voire très déficitaire sur cette période.

Le
mois de février aura été un mois bénéfique pour les cours d’eau des régions nord du bassin. Par contre les débits de la plupart des cours d'eau des régions sud du bassin restent faibles à trés faibles pour la saison.
L
es retenues principales du bassin Rhône-Méditerranée, en période de reconstitution de leur stock, enregistrent un bon taux de remplissage.
Les nappes suivent les mêmes contrastes de situation entre les régions arrosées et les régions encore sèches.

Consultation du bulletin complet : Bilan de la situation hydrologique sur le bassin Rhône-méditerranée début mars 2007