Si la situation s’est améliorée ces deux derniers mois pour les ressources en eau de surface (cours d’eau, retenues, aquifères superficielles à réaction rapide), la situation d’étiage hivernale généralisée est à souligner sur l’ensemble du bassin avec pour conséquence une recharge insuffisante de la majorité des nappes d’eau souterraines.

Les conséquences peuvent se faire sentir rapidement pendant les mois d’août et septembre si les pluies cessaient et /ou les températures caniculaires sévissaient comme en été 2006. Le soutien d’étiage assuré pour certains de ces cours d’eau par les nappes alluviales ne sera pas à la hauteur de l’impact escompté. Par ailleurs, l’achèvement de la fonte du manteau neigeux des Alpes françaises et de l’est de Pyrénées a eu lieu fin avril avec deux mois d’avance dues à la faiblesse de l’enneigement cet hiver et à la douceur des températures depuis janvier. L’absence de cette délivrance des eaux de fonte des neiges pourrait être à l’origine d’une chute brutale du débit des cours d’eau à régime nival (Rhône, Durance, Isère…) dès l’arrêt des pluies. Ces mêmes cours d’eau bénéficieront d’un moindre refroidissement, ce qui, en cas de canicule, ne pourra pas venir soulager le réchauffement induit d’une part par le réchauffement de l’air et dans une moindre mesure par les rejets thermiques des Centrales Nucléaires à Production Electriques en circuit ouvert.

La vigilance est donc de rigueur accompagnée d’une gestion prudente des retenues d’eau superficielles bien remplies.

Consultation du bulletin complet : bilan de la situation hydrologique sur le bassin Rhône-méditerranée début juillet 2007