A l’été 2012, l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (ONEMA) décidait de réaliser un inventaire de plantes terrestres invasives sur une partie des rives françaises du Léman afin de proposer un état des lieux. Les différentes administrations suisses et françaises réunies au sein de la CIPEL forment alors le projet de se coordonner pour étendre l’exercice à l’ensemble du lac. Indépendamment, elles assument l’inventaire de leur portion de rive autour de ces objectifs communs.

Néophytes envahissantes sur les bords de cours d'eauIl a permis de cartographier et quantifier la présence des néophytes envahissantes sur les rives. Aucun secteur de rive n’est épargné. Le cumul des surfaces colonisées représente 5,1ha, soit 5% de la bande riveraine. Elles sont occupées en majeure partie par les renouées, le buddleia, la laurelle et le robinier faux-acacia. Parmi les 12 recherchées, quatre autres espèces n’ont pas été retrouvées, mais cela peut être dû aux dates d’inventaire qui ne coïncidaient pas toujours avec les périodes de floraison qui auraient rendu les plantes plus visibles.

Plus d'information sur le site internet de la CIPEL